Vous vous positionnez sur un appel d’offres dans votre métier du BTP. Vous savez que sur ce marché, la concurrence va être rude. Votre principal concurrent, la major XX a fait ses preuves mais vous aussi avez vos chances. Vous êtes reconnu pour vos chantiers qualitatifs, pour votre maîtrise des coûts de matières premières, pour votre soin particulier apporté aux riverains du chantier, pour votre sérieux sur la maîtrise des plannings, et pour vos équipes rigoureuses. De plus, vous avez un produit innovant, durable, particulièrement adapté à la problématique du donneur d’ordre. Tout est réuni pour que vous reteniez l’attention de votre futur client. Il ne manque plus qu’un Mémoire Technique qualitatif qui saura vous démarquer de la concurrence et promouvoir votre savoir-faire !

Le Mémoire Technique doit refléter parfaitement votre expertise

Le Mémoire technique est un vendeur muet : il est votre seul argument de vente. Pièce maîtresse de la réponse à appel d’offres, ce document est seul devant votre prospect pour présenter votre expertise, votre professionnalisme et vos valeurs. C’est lui seul qui fait la différence. En général, le Mémoire Technique correspond à 40% de la note totale. Il doit être irréprochable dans les contenus et sur la forme, refléter l’image de marque de votre entreprise. Le donneur d’ordre doit avoir envie de le lire et sa lecture doit être facilitée pour une bonne compréhension.

1. Organisez votre rédaction du Mémoire Technique !


Toute l’équipe doit être opérationnelle. Mettez autour de la table toutes les personnes clés qui contribuent à la rédaction de votre Mémoire Technique : équipe projet et équipe d’exécution, bureau d’études, responsables chantier, juridique, communication… Chaque personne doit connaître son périmètre d’intervention et la date limite pour rendre sa copie. Les délais sont souvent serrés, il faut optimiser le temps de rédaction, validation et relecture et ne pas perdre de temps à relancer.

Deux leviers d’amélioration :

  • Être équipé d’une solution logicielle collaborative, pour attribuer des parties à rédiger ou valider est un réel plus. Cela permet un gain de productivité et donc de sérénité non négligeable ! A plus forte raison dans le cas des appels d’offres multi métiers ou encore en sous-traitance ou cotraitance.
  • Disposer d’un Mémoire Technique de base c’est bien mais attention au recyclage des anciennes offres qui peut être très dangereux, lisez notre article sur le sujet. La solution durable et professionnelle : une base de données de contenus réutilisables et une bibliothèque de contenus à jour !

2. Aiguisez les argumentaires de votre Mémoire Technique


Naturellement vous avez envie de tout dire, de tout montrer ! En exhibant tout votre catalogue, vous perdrez en lisibilité. Vous avez un savoir-faire spécifique pour ce marché, concentrez votre argumentaire là-dessus. A l’étape de construction du plan, s’il est libre, affinez vos argumentaires, distillez ceux qui feront la différence pour le donneur d’ordre.

  • Le plan quand il n’est pas imposé est déterminant, lisez notre article sur le sujet
  • Sortez les bonnes armes : par exemple, il est inutile de lister toute votre flotte de matériel, faites un focus sur les engins liés à ce marché et insistez sur leurs avantages spécifiques pour ce chantier. Il en est de même pour vos références, listez les réalisations qui ont des similitudes avec l’objet de l’appel d’offres.
  • Répondez au pourquoi derrière la question : quand un donneur d’ordre pose une question, il a toujours quelque chose derrière la tête. Identifiez cette chose avant de vous lancer dans la rédaction 😉
  • Donnez des preuves : vous êtes le meilleur pour ce chantier, nous on le sait mais le donneur d’ordre ne peut pas le deviner : donnez toujours des preuves de ce que vous dites, cela renforcera l’assurance que vous êtes le candidat idéal.
  • Facilitez la lecture : par tous les biais, mettez-vous à la place du donneur d’ordre et donnez-lui de la substance pour sa grille de notation.

3. Soignez votre document


  • Un contenu bien écrit est plus facile à comprendre. Appliquez ces 15 conventions rédactionnelles (lire nos 2 articles sur le sujet) pour que le style de votre Mémoire Technique ne soit pas un frein à une bonne note, ce serait dommage ! Comme sur un chantier, soigner son Mémoire Technique, c’est aussi soigner la forme : valorisez votre image de marque.
  • Ne négligez pas la forme et boostez la mise en page, cela aidera le lecteur à identifier les points clés, ne l’oubliez pas ! lisez notre article « comment booster la mise en page ».

Vous l’aurez compris : l’étape de la rédaction du Mémoire Technique est cruciale. Cette étape essentielle dans le process des Marchés Publics est décisive et peut être coûteuse ! Sans méthode ni outils, être performant sur votre Mémoire Technique vous demandera du temps et sera bien souvent, déceptif.

Jack in the Box a une méthode éprouvée et une solution logicielle innovante pour vous simplifier cette mission de rédaction du Mémoire Technique. Découvrez ici ses valeurs ajoutées. 

Vous souhaitez échanger avec nous sur votre stratégie dans la réponse aux appels d’offres et identifiez vos propres leviers d’amélioration ? Contactez-nous, nos experts se feront un plaisir de vous guider !

Contactez-nous